En janvier 2023, il ne sera plus possible de louer aucun logement français ayant une consommation énergétique supérieure à 450 kW/m². À partir de janvier 2025, aucune propriété classée G ne sera autorisée sur le marché locatif, suivie par les propriétés classées F à partir de 2028.

Si vous achetez, vendez ou louez une propriété en France, vous remarquerez que chaque propriété a une « note » énergétique de A à G. Ces Certificats de Performance Énergétique (CPE) ou «diagnostic de performance énergétique' (DPE) sont obligatoires pour les propriétaires et les vendeurs en vertu du droit européen, et les changements récents ont rendu ce document encore plus important. Voici ce qu’il faut savoir sur les Certificats de Performance Énergétique en France.

Qu’est-ce qu’un Certificat de Performance Énergétique (CPE) en France ?

Un Certificat de Performance Energétique (CPE) est un document délivré à chaque bien immobilier à vendre ou à louer en France, détaillant son efficacité énergétique. Le certificat fait partie des enquêtes de diagnostic obligatoires réalisées sur les biens à vendre et classe les biens sur une échelle allant de A (Vert), le plus économe en énergie, à G (Rouge), le moins économe en énergie. (Vous pouvez aussi occasionnellement voir des notes « A+ » pour des maisons écologiques avec une efficacité énergétique exceptionnellement élevée, mais il ne s'agit pas d'une note officielle.)

Ces certificats font partie de la politique énergétique de l'UE et font partie de la législation française depuis 2006. De nouvelles réglementations introduites en 2021 et d'autres modifications qui devraient entrer en vigueur plus tard cette année ont également renforcé les règles et réglementations concernant les classements EPC dans le but d'encourager rénovations sur les propriétés les moins bien classées (F et G).

Comprendre les évaluations des certificats de performance énergétique (EPC)

Un EPC/DPE renseigne sur la performance énergétique d'une maison, d'un appartement ou d'un immeuble en France, à partir d'une évaluation de sa consommation énergétique et de son impact environnemental en termes d'émissions de gaz à effet de serre. Depuis 2021, la note A à G est calculée en prenant en compte le système de chauffage, l'eau chaude sanitaire, l'isolation et les systèmes de refroidissement et de ventilation du bien pour calculer la consommation énergétique du bien en kWh par m2 et par an (auparavant, les calculs étaient basés sur sur les données réelles de consommation d'énergie, ce qui entraîne des inexactitudes et un manque de données en ce qui concerne les résidences secondaires et les maisons de vacances). Vous pouvez lire les directives officielles de l'EPC/DPE ici.

Que comprend d’autre le certificat de performance énergétique ?

Un EPC/DPE comporte généralement deux notations : une étiquette énergétique, qui évalue la consommation d'énergie primaire du bâtiment, et une étiquette climatique, qui évalue la quantité de gaz à effet de serre émise. Tous deux reçoivent l’une des sept classifications de A à G.

Parallèlement au classement A à G, les rapports EPC/DPE détaillent les dépenses énergétiques de la propriété et les estimations relatives de la consommation d'énergie pour une utilisation standard de la propriété. D'autres rapports fournissent désormais également des recommandations pour améliorer l'efficacité énergétique de la propriété, y compris une estimation des coûts associés fournie par l'expert. Tout cela fournit des informations utiles aux acheteurs et aux locataires sur les coûts estimés d’exploitation de la propriété, ainsi que sur les éventuelles rénovations nécessaires pour amener la propriété à un niveau d’efficacité énergétique plus élevé.

 

Mon bien a-t-il besoin d'un Certificat de Performance Énergétique ?

Oui. Tous les biens immobiliers vendus ou loués en France doivent disposer d'un Certificat de Performance Énergétique. Les Certificats de Performance Energétique doivent être réalisés par un professionnel indépendant certifié par le Comité Français d'Accréditation (COFRAC) – vous pouvez retrouver la liste des professionnels accrédités ici. Le CPE doit être présenté lors de la signature du Compromis de Vente lors de l'achat ou de la vente d'un bien.

L'EPC/DPE est payable par le vendeur ou le propriétaire et coûte généralement entre 100 et 250 € selon la taille et l'âge du bien. Les tarifs ne sont pas réglementés, à vous donc de garantir le meilleur prix. Le certificat est valable dix ans.

Comment le Certificat de Performance Énergétique affecte-t-il les ventes immobilières en France ?

Depuis 2006, il est obligatoire de réaliser une CPE sur tout bien immobilier à vendre en France dans le cadre des études de diagnostic ou dossier de technique de diagnostic (DDT). Depuis 2007, un EPC est également requis pour tout immeuble locatif ou tout nouveau permis de construire. Surtout, depuis 2021, le CPE est devenu un document juridiquement contraignant, garantissant l'efficacité énergétique de la propriété. Cela signifie que les acheteurs ou les locataires ont le droit légal à des dommages-intérêts de la part de l'acheteur et/ou de l'expert s'il s'avère que la propriété ne répond pas à la classe énergétique indiquée au moment de la vente ou de la signature du contrat de location.

Les cotes de performance énergétique peuvent également affecter le prix de vente d’une propriété française. Une étude réalisée par Notaires de France en 2020 a montré une nette augmentation de la valeur de vente des biens économes en énergie classés A et B par rapport à ceux des classements F et G les moins performants. Dans certaines régions, les prix des appartements économes en énergie se vendent en moyenne 17% de plus que ceux d'un appartement classé D.

Ventes de biens classés F et G : Nouveautés à partir de septembre 2022

Des réglementations de plus en plus strictes vont être introduites sur les logements les moins économes en énergie (catégories F et G) pour tenter d'encourager les rénovations et de mettre l'ensemble des logements français aux normes environnementales modernes. A partir de septembre 2022, il sera également obligatoire de réaliser un audit énergétique réglementaire (audit énergétique réglementaire) aux frais du vendeur sur tout bien classé F, ou G. Les coûts attendus de cet audit sont de l'ordre de 700 à 800 € ; bien supérieur à celui de l’EPC/DPE.

De plus, à partir de janvier 2023, il ne sera plus possible de louer aucun logement français ayant une consommation énergétique supérieure à 450 kW/m². À partir de janvier 2025, aucune propriété classée G ne sera autorisée sur le marché locatif, suivie par les propriétés classées F à partir de 2028.

Il n'est actuellement pas prévu de restreindre la vente de ces propriétés ; cependant, la transparence sur les coûts de rénovation des propriétés inefficaces énergétiquement est susceptible de faire baisser les prix. De nombreux propriétaires louant actuellement des propriétés plus anciennes peuvent également choisir de vendre au lieu d'effectuer les rénovations nécessaires, ce qui pourrait entraîner une augmentation du nombre de propriétés plus anciennes, inondant le marché et faisant encore baisser les prix.

Ce n'est pas une bonne nouvelle pour les vendeurs de propriétés à faible efficacité énergétique en France ; cependant, cela pourrait être une bonne nouvelle pour les acheteurs souhaitant acquérir des propriétés plus anciennes dans le but de les rénover. La France continue d'offrir des aides à la rénovation aux propriétaires cherchant à améliorer leur efficacité énergétique.

Rejoignez la discussion

Comparez les annonces

Comparer
fr_FRFR